La crise sanitaire, coup de pouce à la reconversion professionnelle ?

Visiplus Hubside reconversion

C’est en tout cas ce qu’indique une enquête réalisée par Visiplus Academy et l’institut BVA, dont les résultats sont confortés par une étude Hubside/OpinionWay.

Les Français ont décidément envie de changement. Selon une enquête publiée en juillet par Visiplus Academy et l’institut BVA, plus de la moitié d’entre eux ont déjà envisagé, initié ou réalisé une reconversion professionnelle. Plus précisément, 17 % en ont déjà réalisé une, 5 % sont en cours de reconversion, 12 % ont commencé à se renseigner et 14 % l’ont juste envisagée.

Mais ce n’est pas tout. La crise sanitaire a visiblement eu un effet d’accélérateur, si l’on en croit les résultats de l’enquête. Dans ce contexte particulier, 18 % des actifs ont commencé à se questionner sur la possibilité d’un changement sur le plan professionnel.

Certes, 5 % d’entre eux n’ont pas vu aboutir leur projet de changement professionnel à cause de la crise sanitaire, et un nombre équivalent a décidé de le suspendre. Mais l’intention est bien là, et les motivations diverses. Plus de la moitié (58 %) des Français envisageant une reconversion déclarent avoir besoin de donner du sens à leur travail, alors que 31 % mettent en avant des « contraintes personnelles ».

L’ennui et le manque de sens dans leur poste actuel sont l’élément déclencheur pour 40 % des actifs en cours de reconversion et 45 % de ceux qui l’envisagent. De leur côté, 36 % des actifs en reconversion mettent en avant la pression subie dans leur emploi.

Inspiration sur le Web

Enfin, les accidents de parcours jouent un rôle important dans leur choix, qu’il s’agisse de problèmes de santé (33 %), de contraintes familiales (20 %) ou encore de licenciements ou de restructurations (26 %).

Une tendance confirmée par un sondage réalisé en juin par OpinionWay pour le service de création de sites Web Hubside : la période particulière du confinement a été l’occasion pour les Français de s’interroger sur leur avenir, notamment professionnel. Cela concerne tout particulièrement les Millennials (18-35 ans), parmi lesquels 8 % souhaitent faire de leur passion leur activité professionnelle. Une envie que 23 % d’entre eux comptent bien concrétiser dans les prochains mois.

Des résolutions ambitieuses qui demandent réflexion et préparation. Selon le sondage Hubside, 45 % des 18-24 ans trouvent l’inspiration sur le Web et 36 % auprès de leur cercle familial. Pour les 25-34 ans, c’est l’inverse qui est constaté, précise l’étude. La famille arrive en première position (41 %) suivie du Web (37 %). Viennent ensuite leurs lectures (25 %) et leurs amis (25 %). Les réseaux sociaux sont quant à eux une source d’inspiration de premier plan pour 66 % des 18-24 ans et 51 % des 24-34 ans.

Encouragés par le gouvernement

Voilà pour leurs sources d’inspiration. Mais comment expliquer cette remise en cause soudaine de leur vie professionnelle ? Selon l’enquête Visiplus/BVA, le fait de se sentir utile, de redonner du sens à leurs actions, est évoqué par 51 % des personnes en reconversion, tandis que la perspective de gagner en liberté ou en équilibre vie pro/vie perso est mise en avant par 49 % d’entre elles. Plus d’un tiers (36 %) des sondés souhaitent quant à eux transposer leur passion en métier.

D’autres considérations plus « pragmatiques » sont également en jeu. En effet, 46 % des actifs qui réfléchissent à la reconversion cherchent une meilleure rémunération et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Pour ces actifs, le fait de retrouver du sens n’arrive qu’en troisième attente.

La tendance devrait en tout cas se poursuivre dans les mois à venir. Aux interrogations suscitées par la crise vient s’ajouter la création d’un nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée, annoncé par le président de la République le 14 juillet. Doté de 30 milliards d’euros, ce dispositif a été conçu pour compléter les salaires et financer des formations « pour permettre soit d’être le jour d’après un salarié mieux formé qui gagnera mieux sa vie, soit d’aller vers des secteurs d’activité où il y a des opportunités », selon les mots du chef de l’État.

De quoi encourager tous ceux qui se disent décidés à faire de leur passion, leur profession.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.