Jeux Olympiques : le CIO exclue toute annulation de l’événement à cause du coronavirus

Coronavirus Jeux olympiques épidémie monde japon

Ce devait être l’événement qui allait animer l’été 2020. Les Jeux Olympiques, initialement prévus du 24 juillet au 9 août au Japon, semblent s’éloigner de plus en plus de la capitale nippone. En effet, l’épidémie de coronavirus et la crise sanitaire mondiale induite par ce virus bouleverse les plans du Comité International Olympique… Pour l’instant, les Jeux Olympiques sont maintenus aux dates prévues, mais le CIO devrait s’exprimer au sujet d’un potentiel report dans les jours qui viennent.

Un report des jeux envisagé

Dimanche 22 mars, le CIO, jusqu’alors pleinement lancé dans compte à rebours des jeux olympiques, a suggéré la potentialité d’un report des Jeux Olympiques. L’épidémie de coronavirus, qui s’étend aujourd’hui au monde entier, semble avoir eu raison de l’événement sportif. Cependant, si le report est envisagé, l’annulation n’est “pas à l’ordre de jour” a assuré le président de l’instance des jeux, Thomas Bach. Il a poursuivi en précisant que d’annuler un tel événement “détruirait le rêve olympique de 11.000 sportifs des 210 Comités nationaux olympiques, de l’équipe des réfugiés et des sportifs paralympiques“.

Dans un communiqué rendu public dimanche soir, qui était à destination des sportifs qui devaient s’engager sur l’événement prévu cet été, Thomas Bach a expliqué les points suivants : “nous avons entamé des discussions avec tous les partenaires pour dresser un état des lieux du développement rapide de la situation sanitaire et de son impact sur les Jeux olympiques, comprenant un scénario de report. […] Nous aurons finalisé ces discussions dans les quatre prochaines semaines“.

Pour l’instant, aucun scénario n’est privilégié par le CIO, nul doute que l’évolution de la crise sanitaire dans les semaines à venir sera décisive pour les athlètes. Quelques semaines, quelques mois, un an ou même deux, toutes les solutions de report sont envisagées par l’instance internationale. Ils ont expliqué dans un autre communiqué l’impact qu’allait avoir cette épidémie, en précisant que cela les obligeait à “modifier les plans existants pour les JO qui doivent débuter le 24 juillet et aussi à modifier les dates du début des Jeux“.

En France, la ministre des sports, Roxana Maracineanu, a estimé que cette annonce “officialise le travail mené sur un potentiel report“, qui selon elle “était nécessaire“. Tout en gardant en tête que l’organisation des Jeux Olympique était un problème de second plan face à l’épidémie et que “l’urgence est ailleurs, dans les hôpitaux, les services publics“, elle espère tout de même une réaction rapide du CIO, afin d'”apaiser les craintes” du mouvement sportif.

Des pays ont déjà dit non aux Jeux Olympiques

Face à la crise sanitaire mondiale et la menace de voir les jeux se tenir aux dates initiales, certaines fédérations ont d’ores-et-déjà pris les devants et ont annoncé qu’elles n’enverraient pas de délégation à Tokyo. En effet, dans les dernières 48 heures, le Canada puis l’Australie ont annoncé qu’aucun de leurs sportifs ne se rendrait sur le sol japonais pour y disputer une compétition dans un contexte de crise sanitaire mondialisé.

En France, le ministre de la santé, Olivier Véran, s’est lui aussi montré défavorable à l’idée d’envoyer une délégation française aux jeux s’ils venaient à être maintenus aux dates initiales. “Est-ce que j’ai vocation à demander la suspension des JO comme ministre de la Santé ? Non. Est-ce que je me vois envoyer des athlètes aujourd’hui au Japon ou leur demander de se préparer dans de bonnes conditions ? La réponse est non“, a-t-il expliqué.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.