L’agriculture française se met au bio

Agriculture

Les agriculteurs en France se détachent de l’agriculture conventionnelle. En 2018, cinq mille exploitations se sont détournées des engrais de synthèse et des produits phytosanitaires chimiques pour se convertir à une culture biologique. Une transition croissante, qui souhaite allier plaisir du travail et respect de l’environnement.

De nombreux agriculteurs français tournent désormais le dos à l’agriculture conventionnelle. C’est le cas de Frédéric Piot, agriculteur de 50 ans et propriétaire de la ferme d’Egreville à Saint-Germain-Laxis en Seine-et-Marne, qui a fait le choix en 2015, de transformer son exploitation. Il explique dans une interview accordée au journal Le Monde : “Je ne voyais plus de perspective dans l’agriculture conventionnelle. Des rencontres et des visites d’autres exploitations m’ont convaincu d’abandonner la chimie”.

Revenir à une agriculture traditionnelle

Les produits chimiques désormais exclus, les agriculteurs cherchent maintenant à diversifier leurs exploitations. Le fermier de cinquante ans produisait blé, colza et orge, caractéristiques de l’exploitation céréalière en Ile-de-France. Aujourd’hui, il explique être passé “à une dizaine de cultures, comme la luzerne, les lentilles, le soja ou le pois, mais aussi des cultures valorisées comme le blé, l’orge ou le maïs“. Avec une surface exploitable de 230 hectares, sa conversion est marquante.

Faire le choix de diversifier ses cultures, c’est faire le choix de revenir à un mode d’agriculture plus traditionnel. Frédéric Piot ne s’en cache pas : “On revient en gros à ce que faisaient nos grands-parents“. L’agriculteur assume ce retour en arrière, et ajoute que “quitte à revenir comme avant, nous avons réintroduit l’élevage avec un atelier de poules pondeuses et un troupeau de vaches à viande“.

Nette progression des exploitations bio en 2018

En France, beaucoup d’autres agriculteurs ont fait le choix de se convertir. En 2018, selon les chiffres publiés par l’Agence Bio le 4 juin 2019, 5000 exploitations se sont tournées vers l’agriculture biologique, pour rejoindre le nombre total d’exploitations bio de 41 623. L’agence explique que désormais, 9,5% des fermes françaises sont certifiées bio. Ce chiffre représente 2 millions d’hectares de terres cultivées selon des principes biologiques et donc respectueux de l’environnement. Ces terres représentent elles-mêmes 7,5% de la surface agricole française.

Le directeur de l’Agence, Florent Guhl, a d’ailleurs expliqué que l’année dernière en France, il y a eu “un cap franchi” concernant la production. Il a ajouté que cette évolution était “en ligne avec l’objectif de parvenir à 15% de la surface agricole en bio fin 2022“.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.