Une tribune pour dénoncer la pénurie de médicaments en France

pénurie médicament

26 signataires (médecins et professeurs hospitaliers) d’une tribune publiée par “Le Journal du Dimanche” dénoncent les pénuries de médicaments en France, qui selon eux, sont 20 fois plus nombreuses aujourd’hui qu’en 2008. Une situation inquiétante, sachant que même les médicaments les plus utilisés sont concernés. Les médecins pointent du doigts des mesures de prévention inefficaces, en partie à cause de la délocalisation de la production des principes actifs à l’étranger.

Dimanche 18 août, 26 médecins et professeurs hospitaliers se sont concertés pour la publication d’une tribune dans le “Journal du Dimanche”. Si les signataires se sont mobilisés, c’est parce qu’ils sont inquiets de la disponibilité des médicaments en France. Ils dénoncent en effet les nombreuses pénuries de médicaments dans l’hexagone, qui selon eux “très rares il y a une dizaine d’années, […] se multiplient”. 

Les chiffres sont en effet alarmants, dans la mesure où ont été recensés pas moins de 868 “signalements de tensions ou de ruptures d’approvisionnement”, soit 20 fois plus qu’en 2018. La faute notamment à un système de production de principes actifs majoritairement délocalisé à l’étranger.

Les signataires préconisent donc la mise en place de mesures préventives plus efficaces. Malgré les plans de gestion de pénurie imposés aux laboratoires pharmaceutiques, ils “visent à gérer les pénuries et non à les prévenir” précisent les médecins, avant d’ajouter que “l’efficacité de ces mesures apparaît jusqu’alors dérisoire”. Ils demandent donc un contrôle plus dur de cette production, en obligeant les laboratoires à gérer leurs stocks de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur.

Parmi les autres mesures souhaitées, les signataires demandent à ce que “soit rapatriée en Europe la production des principes actifs” ainsi que la création d’un “établissement pharmaceutique à but non lucratif, si possible européen” afin de prévenir les pénuries et d’être “la garante de la qualité des médicaments et de prix justes et pérennes”. 

L’intensification des pénuries de médicaments thérapeutiques nuit grandement à la santé de nombreux patients, qui deviennent alors victimes d’un manque de traitement efficace. Certaines pénuries concernent “des médicaments du cancer, des antibiotiques, des corticoïdes, des vaccins, des traitements de l’hypertension, des maladies cardiaques, du système nerveux”. 

De plus, “ces pénuries ne touchent pas les très chères innovations thérapeutiques mais des médicaments peu coûteux qui, bien qu’anciens et tombés dans le domaine public, constituent toujours l’essentiel de la pharmacopée”, précisent les médecins.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.