Mesure de la consommation de drogue au Canada par l’analyse des eaux usées

drogue

Afin de mesurer la quantité de drogue consommée par les Canadiens, l’institut d’étude statistique du Canada (Statistique Canada), a analysé les eaux usées de cinq grandes villes du pays. L’objectif d’une telle étude est de vérifier si les sondés révèlent réellement leur consommation aux instituts. 

Statistique Canada, l’institut de statistique du pays, a mené une vaste enquête sur la consommation de drogue des habitants. En analysant les eaux usées, l’organisme a pu déterminer la quantité de drogue moyenne ingérée par les consommateurs. Les résultats mettent en évidence une consommation de cannabis plus élevée à Montréal et à Halifax, qu’à Vancouver, Toronto et Edmonton.

Pendant un an, entre mars 2018 et février 2019, le projet permis d’analyser des échantillons d’eau à l’entrée des usines de traitement. Chaque jour, toutes les 30 minutes, un échantillon a été prélevé, dans le but de calculer une estimation de la consommation mensuelle des habitants de cinq grandes villes canadiennes. Ces cinq zones représentent environs 8,4 millions d’habitants, c’est-à-dire 20% de la population du pays, et ne peuvent donc pas être considérées comme représentative de la consommation globale du pays.

Selon Statistique Canada, les résultats ont pour objectif précis deMesurer de manière efficace et anonyme la consommation totale de certaines drogues dans la société et pour estimer la taille du marché non réglementé de ces drogues“. Ainsi, on remarque des tendances de consommation qui varient d’une ville à l’autre. Par exemple, la consommation de cannabis est plus élevée à Montréal, tandis que la méthamphétamine est plus consommée à Vancouver. “Ce qui laisse entendre que même des grandes villes au sein d’un même pays peuvent avoir des profils distincts de consommation de drogues” précisent les analystes.

Pour mettre en évidence les concentrations de cannabis à partir des eaux usées, les chercheurs se sont appuyés sur la molécule du THC, plus précisément la solution THC-COOH, produite dans l’organisme et rejetée dans les urines après avoir fumé du cannabis. La teneur moyenne de THC-COOH calculée dans les eaux usées est de 450 grammes par million de personne chaque semaine. Des teneurs bien entendu plus élevées dans les villes comme Vancouver et Edmonton.

Concernant la cocaïne, elle est estimée à 340 grammes par million de personnes par semaine. Soit une estimation de consommation totale de l’ordre de 370 kg sur toute la durée de l’expérience.

L’étude a ainsi mis en lumière l’importance des eaux usées dans la confection des données sur la consommation de la drogue, malgré les limites sur les renseignements du nombre réel de personnes considérées comme des consommateurs de drogue, et sur leur méthodes de consommation.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.