Vaincre le cancer de la vessie avec le virus du rhume

virus

Nouvelle étape dans la recherche pour vaincre le cancer. Des chercheurs de l’Université de Surrey et du Royal Surrey County Hospital de Guildford, au Royaume-Uni, ont récemment publié les résultats de leur étude sur le cancer de la vessie. Ils ont notamment mis en évidence l’efficacité du virus du rhume dans la destruction des cellules cancéreuses. Une découverte majeure dans le traitement de la maladie.

Venir à bout du cancer par l’utilisation d’un virus

L’idée est originale, mais les résultats sont concrets. Les chercheurs de l’Université de Surrey et du Royal Surrey County Hospital de Guildford, au Royaume-Uni, ont eu l’idée de tester l’efficacité d’une souche du virus du rhume, potentiellement oncolytique (qui induit la mort des cellules cancéreuse). Les résultats, surprenants, ont été publiés dans la revue spécialisée Clinical Cancer Research. 

Les souches portent le nom de coxsackievirus, ou encore CVA21, et peuvent détruire des cellules cancéreuses présentes dans le sang. Pour réaliser leur expérience, les chercheurs ont injecté à 15 patients atteints du cancer de la vessie non invasif des souches du virus du rhume, une semaine avant d’intervenir chirurgicalement pour retirer les tumeurs.

Après analyse des tissus prélevés pendant l’opération, les chercheurs ont relevé plusieurs points essentiels. D’une part, le virus est sélectif, c’est-à-dire qu’il ne détruit que les cellules cancéreuses de l’organe, et laisse intact toutes les autres cellules. D’autre part, le virus s’est propagé, provoquant ainsi la mort des cellules. Le processus s’est révélé tellement efficace chez un patient que les chirurgiens n’ont pas retrouvé de présence tumorale dans sa vessie au terme du traitement.

Le virus crée une réponse immunitaire

Hardev Pandha, professeur d’oncologie à l’Université de Surrey et auteur principal de l’étude a expliqué que “Le cancer de la vessie non invasif sur le muscle est une maladie très répandue qui nécessite un plan de traitement intrusif et souvent long. Le traitement actuel est inefficace et toxique pour une proportion de patients et il existe un besoin urgent de nouvelles thérapies“.

Une avancée majeure dans le traitement de la maladie, toujours selon le chercheur, pour qui “Le Coxsackievirus pourrait révolutionner le traitement de ce type de cancer“. Avant d’ajouter que le traitement n’a révélé aucun effet secondaire majeur. Si l’utilisation de virus dans la chasse aux cellules cancéreuses présentes dans la vessie est tant efficace, c’est notamment parce qu’il crée une inflammation locale, puis une réponse immunitaire qui s’attaque aux cellules.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.