Paracétamol : la mention “surdosage = danger” obligatoire sur les boîtes

Paracétamol

Afin de freiner au maximum les prises excessives de paracétamol par les patients, l’Agence du médicament rend obligatoire la mention “surdosage = danger” sur l’étiquette des médicaments. Les laboratoires disposent de neuf mois pour modifier les emballages. Ce sont au total plus de 200 médicaments concernés par cette mesure, dont le Doliprane et le Dafalgan. 

Limiter la consommation de paracétamol

Le paracétamol, lorsqu’utilisé raisonnablement est très efficace. Cependant, à dose trop élevée, le médicament devient toxique pour le foie. Pour limiter au maximum le surdosage des médicaments contenants du paracétamol, l’Agence de sécurité du médicament (ANSM), a annoncé mardi 9 juillet que l’avertissement “Paracétamol : attention, surdosage = danger”, devra être inscrit en rouge sur toutes les boîtes concernées.

Cette mesure concerne plus de 200 médicaments, dont le Doliprane et le Dafalgan. Les laboratoires disposent de neuf mois pour faire les modifications et inscrire les messages d’alerte. Ce message sera complété par des informations utiles pour les consommateurs. Il sera précisé notamment la dose maximale par prise et par jour, le délai à respecter entre chaque prise ou encore les restrictions concernant l’association de médicaments.

L’ANSM en profite pour rappeler les commodités d’usage : il faut prendre “la dose la plus faible, le moins longtemps possible”, et surtout vérifier si les autres médicaments consommés en parallèle pour traiter les douleurs contiennent eux aussi du paracétamol.

Une consommation en forte hausse

Certaines règles sont à respecter pour consommer du paracétamol. L’ANSM précise par exemple que : “ Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace ” avant d’ajouter que sa “mauvaise utilisation (…) est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France”. Les personnes dont le poids est inférieur à 50kg, souffrant d’une maladie du foie, ou d’une maladie du rein ou encore d’alcoolisme doivent suivre l’avis de leur médecin avant toute prise de médicaments concernés.

La consommation en France de ce type de médicament est très élevée. On compte environ un milliard de boîtes consommées par an en France selon l’agence sanitaire. Entre 2007 et 2017, les ventes ont explosé avec une augmentation de 53%, en particulier concernant le dosage à un gramme, alors qu’il est conseillé de consommer la dose la plus faible, soit 500mg. La consommation journalière ne devrait pas dépasser trois grammes, avec des prises espacées de quatre heures.

D’après l’Observatoire français des médicaments antalgiques, le consommateur type est une femme âgée de 42 ans en moyenne. L’étude révèle également qu’en 2018, 52% de la population s’est fait prescrire au moins une ordonnance de paracétamol.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.