Rapport de la FAO sur les tendances alimentaires des 10 prochaines années

Alimentation

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport intitulé “Perspectives agricoles 2019-2028”, qui présente les tendances alimentaires des dix prochaines années. Selon l’Organisation, la consommation de viande et de poisson devrait augmenter, contrairement à la consommation des produits de base comme les céréales et légumineuses. Une pratique qui concerne particulièrement les pays émergents, dont l’augmentation du niveau de vie conduit à une plus grande consommation de produits transformés.

Les tendances alimentaires vont significativement changer ces dix prochaines années selon le rapport émis par la FAO. D’après l’Organisation, les pays émergents, grâce à l’augmentation de leur niveau de vie et leur forte croissance démographique, devraient consommer davantage de produits issus de l’exploitation agricole.

Concernant la consommation de viande particulièrement, l’Asie du Sud-Est se présente comme un des plus gros consommateurs. D’ici 2025, les Chinois consommeront 5kg de viande supplémentaire par personnes et par an. Une tendance inversée du côté des pays développés, davantage conscients des problèmes sanitaires et environnementaux qui entourent les produits carnés. Cette prise de conscience pousse les consommateurs à trouver des alternatives alimentaires, inventant parfois de nouvelles tendances.

La France par exemple, a vu sa consommation de viande baisser de 12% en 10 ans, d’après le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de Vie (Crédoc). La FAO explique cependant queles revenus n’augmentant pas suffisamment pour que les produits carnés deviennent accessibles à l’ensemble de la population”, les pays pauvres d’Afrique subsaharienne verront leur consommation diminuer d’ici 2028.

Quant aux produits sucrés, leur consommation devrait progresser de 2,5 kg. Pour cause : une demande en nette augmentation pour les produits transformés et autres boissons sucrées. Les pays très peuplés comme l’Inde, la Chine, l’Indonésie et le Pakistan participeront pour beaucoup à la consommation de sucre. Un pratique alimentaire encore une fois relativement freinée dans les pays développés, notamment en France où la législation prévoit une taxe sur le soda depuis le 1er juillet 2018.

L’augmentation globale de la consommation conduira inévitablement une augmentation de la production agricole mondiale, que la FAO chiffre à hauteur de 15% pour les dix prochaines années. Si cette hausse de la production sous-entend une agriculture étalée et plus gourmande en espace, la FAO explique qu’au contraire, “une plus grande intensité de la production grâce notamment aux innovations technologiques permettra d’augmenter la production avec une utilisation relativement stable des terres agricoles”.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.