Le Bitcoin demande une consommation électrique supérieure à celle de la Grèce

bitcoin

La monnaie virtuelle Bitcoin s’est fortement développée ces dernières années. Considérée comme la première cryptomonnaie mise sur le marché, son prix s’est envolé en 2017, avoisinant les 20.000 dollars. S’appuyant sur des “fermes de minage” pour fonctionner, son utilisation demande une consommation électrique énorme. Un indice de consommation mis au point par des universitaires de Cambridge, et consultable en temps réel, permet de se faire une idée de la quantité d’énergie exploitée par la cryptomonnaie.

Le Bitcoin est la star des cryptomonnaies. Aujourd’hui largement déployée dans le monde, des millions d’utilisateurs ont fait le choix d’investir dans cette monnaie virtuelle. Néanmoins, pour que le Bitcoin puisse fonctionner, il faut des “mineurs”. C’est-à-dire des personnes qui, à l’aide d’un ordinateur puissant, vont décrypter les transactions pour les inscrire dans une “blockchain”.

Pour simplifier son fonctionnement, imaginons un ou plusieurs ordinateurs reliés entre eux tournants à pleine puissance pour résoudre un problème mathématique extrêmement complexe. Ce travail va indéniablement consommer énormément d’énergie. Maintenant, rajoutons à cela le fait qu’il existe des milliers de “fermes de minage”, parfois de la taille de hangars, œuvrant toutes au même travail : récolter des bitcoins.

Cette consommation énergétique de masse était déjà observée par la plateforme Power Compare, qui en 2017 expliquait que le Bitcoin consommait plus d’énergie que 159 pays listés. On retrouvait notamment la Slovaquie, la Croatie ou même l’Irlande. Le Bitcoin représentait à cette époque 0.13% de la consommation électrique mondiale.

Aujourd’hui, des chercheurs de l’université de Cambridge ont développé un indice permettant de suivre l’évolution de la consommation électrique du Bitcoin en quasi temps réel. Baptisé Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI), l’indicateur dévoile que la cryptomonnaie correspond à 0.28% de la consommation électrique mondiale, avec 63.67 TWh/an, soit plus que la Grèce (56.89 TWh/an) et l’Autriche (64.60 TWh/an).

Là où cette surconsommation pose un gros problème, c’est que l’alimentation des nombreuses fermes de minage provient de régions du monde où l’électricité est exploitée à partir d’énergies fossiles. Le charbon, responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre, est très utilisé en Chine, qui elle-même produit de l’énergie originaire à 80% de fossiles.

D’où l’importance d’alarmer et d’attirer l’attention sur l’impact écologique du Bitcoin. Les chercheurs ont par ailleurs souligné qu’un an de consommation électrique de Bitcoin correspond à 352 ans de consommation électrique de l’Université de Cambridge.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.