Alstom achète son concurrent Bombardier Transport

Train Alstom France Canada Bombardier Transport

Le groupe français Alstom et son concurrent canadien, Bombardier Transport, tous deux spécialisés dans les transports ferroviaires, annonçaient lundi 17 février être parvenus à un accord sur la fusion des deux groupes. Après l’échec d’Alstom qui  avait cherché à acheter son concurrent Siemens, le deuxième groupe de transport ferroviaire mondial s’offre une belle revanche. L’acquisition de son rival canadien devrait permettre au groupe français de doubler se taille.

Accompagner la recrudescence mondiale autour du transport ferroviaire

À travers ce rachat, estimé à un prix compris entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros, Alstom va pouvoir se renforcer et accélérer son développement à l’international. Une action importante pour le groupe ferroviaire, qui peut envisager son avenir plus sereinement. En effet, les populations sont de plus en plus sensibles à leur empreinte carbone et ont tendance à délaisser l’avion au profit du train, beaucoup plus écologique.

Du côté du PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, pas d’emballement. Pour lui, ce rachat s’inscrit dans la logique de développement du groupe et ne représente qu’un moyen “d’accélérer le mouvement” en faveur du développement du rail dans le monde. Malgré des résultats en demi-teinte, qui reflètent la situation compliquée dans laquelle se trouve aujourd’hui Bombardier Transport, le PDG d’Alstom voit ce en rachat “une opportunité unique” pour son groupe.

Henri Poupart-Lafarge, dans un communiqué, a exprimé sa satisfaction quant à cette prochaine fusion : “cette acquisition renforcera notre présence internationale ainsi que notre capacité à répondre à la demande toujours plus importante de solutions de mobilité durable“. Il ajoute en s’exprimant le positionnement stratégique qu’aura Alstom après la fusion : “Bombardier Transport apportera à Alstom une complémentarité géographique et industrielle sur des marchés en croissance, ainsi que des plateformes technologiques additionnelles”.

Un contexte de concurrence international de plus en plus rude

L’acquisition de Bombardier Transport sera également une bonne nouvelle pour le groupe français Alstom. En effet, cette nouvelle entité devrait devenir le deuxième acteur du marché, loin devant ses autres concurrents. Avec un chiffre d’affaires estimé à 15,5 milliards d’euros, un carnet de commande de 75 milliards d’euros et plus de 75.000 salariés à travers le monde, le groupe tricolore devrait être en mesure de jouer des coudes avec son principal concurrent chinois, CRRC. Le constructeur asiatique pèse lui pour plus de 28 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Le groupe ne masquant pas ses ambitions internationales et espérant exporter ses services dans le monde entier.

Alstom aura donc fort à faire contre la concurrence en provenance de Chine, mais devra également régler quelques problèmes en interne. En effet, le groupe dirigé par Henri Poupart-Lafarge devra déjà s’occuper du redressement de son nouveau protégé. Bombardier Transport ayant rencontré des difficultés financières au cours des dernières années.

La France devrait soutenir cette fusion Alstom-Bombardier Transport

Du côté des États, la France, sous la houlette de Bruno Le Maire, ministre des Finances, devrait soutenir ce projet de fusion. À ce sujet, il a évoqué une “bonne nouvelle pour la France, pour l’Europe et pour le Canada“. L’Homme politique français à d’ailleurs annoncé sa décision de s’entretenir avec Margrethe Vestager, la vice-présidente de la Commission européenne, qui, l’an passé, s’était opposée à la fusion entre Siemens et Alstom.

Même son de cloche de l’autre côté de l’Atlantique, où le premier ministre québécois, François Legault, s’est ravi de cette fusion, évoquant le fait que Québec puisse devenir “un peu comme le champion des Amériques dans la fabrication des trains“.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.