Coronavirus : deux mois après le début de l’épidémie, quels sont les secteurs les plus touchés ?

Économie Monde Chine Coronavirus France Tourisme

Alors que le bilan de morts et de contaminations liés au coronavirus ne cesse d’augmenter, l’économie mondiale elle, continue de tourner au ralenti. La propagation du virus perturbe de nombreux secteurs financiers qui commencent à enregistrer de sérieux manques à gagner sur l’aspect financier. En effet, les résultats et les estimations pour le premier trimestre de l’année 2020 commencent à se dessiner et les chiffres n’augurent rien de bon pour les compagnies aériennes, le tourisme ou encore le secteur de l’automobile…

Le secteur du tourisme accuse le coup

En France, le secteur du tourisme est durement touché par l’épidémie du coronavirus. Avec les visites de 2,2 millions de touristes chinois en 2018, l’hexagone perd une énorme partie de sa masse touristique annuelle. D’autant plus que les touristes chinois sont, en moyenne, les plus dépensiers sur le territoire français. D’après Planet, le groupe spécialisé dans la détaxe mondiale, les Chinois en visite en France représentaient 32,1 % du montant des ventes détaxées en 2019, avec un panier moyen de 1452,20 euros.

Les ventes et les exportations au ralenti à cause du coronavirus

Pour toutes les entreprises ayant pris pour habitude d’échanger de manière régulière avec la Chine, les prévisions annuelles pour l’année 2020 ne sont pas bonnes. Au niveau de l’automobile par exemple, le géant allemand de l’automobile, Daimler, qui réalise un tiers de ses ventes de la gamme Mercedes en Chine, a annoncé que la chute de la croissance en Chine allait impacter les ventes et devrait également toucher les chaînes de production et de logistique.

Au total, les ventes de voitures en Chine se sont écroulées de 92 % en moins de deux semaines au cours du mois de février. De plus, certaines chaînes de production de constructeurs internationaux sont fermées et les pièces ne sont plus produites. De nombreuses entreprises craignent alors une pénurie de pièces qui pourrait entraîner un blocage de la production à l’échelle mondiale.

Les usines étant à l’arrêt en Chine, le transport de marchandise se retrouve lui aussi durement impacté par l’épidémie de Coronavirus. En effet, selon Lars Bastian Østereng, le responsable de la recherche chez Arctic Securities, le coronavirus a engendré “un arrêt complet de nombreux ports chinois“. Au-delà de l’aspect financier, des entreprises ont suspendu les relèves d’équipages et certains marins sont donc dans l’incapacité de descendre du bateau.

Le secteur du transport aérien en alerte

Enfin, les compagnies d’aviation sont sans aucun doute les plus touchées pas l’épidémie. Au global, les pertes sont estimées à 30 milliards de dollars pour les compagnies aériennes. Évidemment, les compagnies extérieures à l’Asie resteront impactées de manière réduite (1,5 milliard de pertes estimées) mais toutes celles d’Asie-Pacifique perdraient, au total, 27,8 milliards de dollars. Déjà pour la compagnie aérienne chinoise HNA, le coronavirus a conduit le groupe au surendettement. Le gouvernement de la province d’Hainan, où se trouve le siège de l’entreprise, envisagerait de racheter le groupe pour le démanteler.

Enfin, L’International Air Transport Association, (IATA, Association internationale du transport aérien en français) a déjà prévu que l’année 2020 sera “une année très difficile pour les compagnies aériennes“. Alexandre Junac, Directeur Général de l’Iata, a déclaré que les vols en lien avec l’Asie-Pacifique risquent d’enregistrer une baisse de 8,2 % cette année…

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.