Jean Castex face à l’Assemblée Nationale pour présenter sa déclaration de politique générale

Politique, Castex, Macron, France

Ce mercredi 15 juillet, au lendemain de la déclaration d’Emmanuel Macron, le nouveau Premier Ministre, Jean Castex, doit présenter son plan de politique générale devant les députés. Cette feuille de route, qui sera dévoilée dans l’après-midi devant les députés doit conduire la politique gouvernementale des mois à venir. Masque obligatoire dans les lieux clos, écologie, relance, les sujets sont nombreux et Jean Castex doit s’attendre à une rentrée compliquée…

Exercice compliqué dans un contexte difficile

Pour Jean Castex, cette déclaration a tout d’un piège. Après des résultats compliqués aux municipales, où la République en Marche a connu un premier revers électoral, voyant les écologistes réaliser une percée historique, en combinaison à un contexte politique et sanitaire très tendu lié au coronavirus et les nombreux mouvements de contestation dans tout le pays, cette nomination au poste de premier ministre est loin d’être un cadeau pour Jean Castex. Pourtant, dès cet après-midi, à 15h, le nouvel homme providentiel du quinquennat Macron doit s’exprimer devant l’assemblée pour présenter sa feuille de route.

Cette déclaration de politique générale, exercice habituel pour tout nouveau Premier Ministre, doit permettre d’exposer, dans les grandes lignes, les objectifs des mois à venir. À l’Assemblée, cette déclaration sera suivie d’un débat puis soumise au vote des députés.

“Il faut sentir le pays”, estime Jean Castex

Pour le nouveau chef du gouvernement, cette déclaration doit faire cohabiter les objectifs du Président Emmanuel Macron avec les besoins des Français. Jean Castex est également conscient du peu de temps qu’il lui reste pour relancer l’économie du pays. En effet, il reste un peu plus de 600 jours de mandat à Emmanuel Macron avant les prochaines échéances électorales…

C’est un rendez-vous avec soi-même, il faut sentir le pays, à la fois s’inscrire dans les orientations du chef de l’Etat et puis avoir conscience qu’il faut faire des choses précises et concrètes, parce qu’on a six cents jours“, explique Jean Castex, dans un article publié au Figaro.

Une déclaration face à une opposition de plus en plus forte

Au cœur d’une France divisée sur le plan politique, il semble d’ores-et-déjà impossible de satisfaire tout le monde. En effet, suite au Grand Oral d’Emmanuel Macron à l’occasion de la fête nationale, les critiques se sont multipliées de tous les côtés de l’échiquier politique. À gauche, Jean-Luc Mélenchon, patron de la France Insoumise, évoque un “bavardage“. Du côté d’Europe Écologie – Les Verts, Yannick Jadot déplore qu’il n’y ait “rien de précis, aucun calendrier“, tandis que le patron du groupe Les Républicains à l’assemblée regrette quant à lui un discours “ambigu et flou“.

De plus, au-delà de devoir convaincre l’opposition, Jean Castex devra également convaincre sa propre majorité. En effet, au regard des résultats des dernières élections municipales, beaucoup attendaient une réponse “de centre gauche“. Or, le nouveau Premier Ministre, tout comme Édouard Philippe, a un passé politique à droite.

Ainsi, face à une fébrilité relative du groupe de la République en Marche sur l’échiquier politique, la déclaration de Jean Castex sera décisive pour l’avenir du groupe politique majoritaire à l’Assemblée. Pour rappel, lorsqu’Édouard Philippe était à Matignon, son premier vote concernant sa Politique Générale en 2017 avait recueilli 370 votes favorables pour 67 votes défavorables. Deux ans plus tard, en 2019, si le nombre de votes favorables était resté stable, à 363 soutiens, beaucoup d’abstentionnistes au premier vote avait fait connaître leur mécontentement, puisque le nombre de votes contre la politique gouvernementale avait été porté à 163…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.