Théâtre : 7 Morts sur Ordonnance, autopsie du harcèlement

L’adaptation théâtrale du film de Jacques Rouffio (7 Morts sur Ordonnance, à partir du 29 janvier au Théâtre Hébertot), basé sur un fait divers, et qui avait choqué la France en 1975 par sa description froide et chirurgicale des effets meurtriers du harcèlement et de la manipulation, propose un sujet de société aussi actuel qu’indispensable à évoquer.

Voilà plusieurs années que le Théâtre Hébertot aime à se saisir des questions sociétales et à en faire des spectacles puissants et intenses. Après le succès de 12 Hommes en Colère, et son questionnement sur le système judiciaire, ce sont les thématiques du harcèlement, de la manipulation, de la rumeur, et de l’impact d’une réputation détruite sur la vie d’un homme, qui seront abordées en ce début d’année.

L’histoire se déroule dans une ville de province à la fin du siècle dernier. A quinze années d’écart, deux brillants chirurgiens se suicident, l’un des deux après avoir tué femme et enfants. Derrière ces drames, les spectateurs découvrent une machination implacable, menée par un chef de clinique rival, pour briser l’honneur de ses compétiteurs. L’appât du gain et le prestige comme moteur d’un harcèlement machiavélique.

Une descente aux enfers abyssale qui résonne comme un écho aux turpitudes de notre temps. L’ambiance feutrée d’une grande ville de province fait désormais place aux écrans et aux réseaux sociaux, mais les désastres humains demeurent les mêmes. Des vies brisées par le sadisme de tortionnaires faisant semblant de ne pas avoir conscience des torts qu’ils provoquent.

Au-delà du Web, et comme Anne Bourgeois (mise en scène et co-adaptation avec Francis Lombrail) l’indique, “chaque jour, dans le monde du travail, dans la vie sociale, dans les relations familiales, la manipulation est trop souvent responsable de notre chaos intime“. Et de poursuivre. “Même si la société s’organise aujourd’hui pour dénoncer le harcèlement, trop d’êtres humains sombrent encore parce qu’une force destructrice venue de leur entourage les a précipités vers leur chute“.

Si la pièce est à la hauteur de l’intensité du film, 7 Morts sur Ordonnance devrait être l’une des pièces évènement de ce début d’année. Autour de Bruno Wolkowitch, le casting rassemble Claude Aufaure, Valentin de Carbonnières, Jean-Philippe Puymartin, Julie Debazac, Francis Lombrail, Jean-Philippe Bêche et Bruno Paviot.

 

 

 

 

 

Contenu sponsorisé.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.